Catégorie : Actualités

Comment bien choisir son comparateur de crédit en ligne ?

Vous désirez effectuer un prêt. Pour avoir les meilleurs taux, vous pouvez utiliser un comparateur de crédit. Mais vous avez du mal à faire le choix. Cet article vous sert de guide en la matière.  

Identifier son comparateur de crédit : que faut-il savoir ? 

Il existe sur internet, plusieurs comparateurs de crédit. Il y a le comparateur de crédit à la consommation, le comparateur de crédit immobilier, etc.  Tous ces comparateurs se vantent d’être les meilleurs. Il n’est pas toujours facile de distinguer le meilleur comparateur parmi eux. Pourtant, certains critères permettent de faire aisément le choix. Il s’agit : 

  • Du mode de rémunération

Ce facteur concerne surtout les comparateurs qui offrent des services gratuits. En effet, il est beaucoup rassurant, lorsqu’une plateforme de comparaison gratuite indique clairement son mode de rémunération. Certaines plateformes sont des intermédiaires et sont rémunérées ainsi lorsque vous rentrez en contact avec le prêteur par leur intermédiaire. D’autres sites sont rémunérés lorsque vous ouvrez un compte chez le prêteur. D’autres le sont à chaque clic. Ce sont des indications qui doivent figurer clairement sur le site du comparateur.  

  • Le caractère indépendant du comparateur 

Il y a des comparateurs qui appartiennent aux institutions bancaires. Il faut donc faire les vérifications nécessaires en la matière. Vous devez vérifier si l’un des prêteurs qui figurent parmi les offres que vous vérifiez n’est pas propriétaire du comparateur. Si tel est le cas, alors il y a des doutes sur le caractère sérieux du comparateur. Il est important de recourir aux simulateurs indépendants comme celui-ci https://www.consumercredit.be/. Ces comparateurs procèdent en toute transparence.  

L’un des éléments qui pourraient vous aider à déterminer l’indépendance du comparateur est son nom. En effet, le nom du simulateur ne doit pas ressembler à celui d’une banque. 

Choisir son comparateur en fonction de son mode opératoire

Choisir son comparateur en fonction de son mode opératoire

Certains comparateurs de crédit ne prennent en compte que les informations comme le revenu du prêteur, les dépenses, le montant du prêt, la durée de remboursement pour faire la simulation. Mais ces facteurs ne sont pas réellement suffisants pour déterminer les véritables offres. En effet, l’idéal serait que la plateforme se base sur des analyses qui prennent en compte les différents taux que proposent les institutions de finance. Ce faisant, elle prend en compte les offres du marché ainsi que les besoins du client dans sa décision. Le comparateur de crédit doit donc présenter les éléments comme les facteurs de classement des offres. Il doit également indiquer les facteurs de classement de base. Les utilisateurs doivent être en mesure de voir la période de mise à jour et les différentes techniques utilisées. Par ailleurs, le site doit faire savoir à l’emprunteur le nombre d’établissements bancaires utilisés pour la comparaison.  

Une fois que vous avez l’assurance d’être tombé sur le bon site. Pour faire la comparaison, il vous faut définir vos besoins sur le site. Ensuite, faites une comparaison des offres. Pour finir, il faut choisir celle qui vous convient.

Comment choisir une assurance vie ?

La souscription à une assurance est un moyen simple de se protéger face aux aléas de la vie. Il existe deux types d’assurances que sont l’assurance des biens et l’assurance vie. L’assurance vie est celle qui garantit la protection de l’assuré et de ses bénéficiaires. Mais avant de choisir une assurance vie, il faut tenir compte de certains critères essentiels. Découvrez dans la suite de cet article comment choisir une assurance vie.

Considérer son objectif

Il est important avant de choisir le type d’assurance vie qui vous correspond de savoir quel objectif vous visez. On peut souscrire à une assurance vie pour des buts divers soit :

  • Pour assurer l’avenir de ses enfants,
  • Pour se garantir de bonnes conditions après la retraite,
  • Pour protéger sa famille en cas d’événement malheureux,
  • Pour financer un projet

C’est en fonction de l’objectif pour lequel vous décidez de souscrire à une assurance vie que vous déterminerez le montant que vous souhaitez épargner. Quel que soit le type d’assurance auquel vous aimeriez souscrire, Bronchain assurances se tient à votre disposition pour vous orienter dans vos choix.

protéger sa famille en cas d’événement malheureux

Les conditions familiales

Le plus souvent, on est tenté de penser que souscrire à une assurance vie n’a pas d’intérêt pour un célibataire, car on suppose qu’aucune charge ne repose sur nous. Il s’agit là d’une erreur, car l’assurance vie est destinée à tous tant aux célibataires qu’aux mariés. La simple raison qui l’explique est qu’à tout moment des événements malheureux peuvent subvenir.

Dans ce cas, les dettes que vous aurez accumulées finiront par peser sur vos proches alors que si vous souscrivez à une assurance vie, il y aura un capital prévu pour vous protéger en cas d’invalidité totale ou partielle ou de décès. Avec ce capital, vos proches pourront rembourser vos éventuelles dettes ou dans le cas contraire subvenir à leur besoin pendant un bon moment en fonction du capital reçu. Ainsi, en considérant votre âge, votre état de santé et votre condition familiale vous jugerez nécessaire de souscrire à une assurance vie.

Les conditions professionnelles

Contrairement à ce que l’on pense souvent, l’assurance vie est aussi un moyen efficace pour protéger son entreprise. La plupart pensent que l’assurance santé n’est prévue que pour assurer ses arrières en cas d’événements malheureux ce qui n’est pas le cas. En effet, certains types d’assurance vie sont prévus pour constituer un capital en réserve.

Ce capital pourra servir à faire de nouveaux investissements ou monter votre propre affaire ou encore à servir de capital secours en cas de chute de vos affaires. Ainsi, l’assurance vie vous sera utile, que vous soyez à votre propre compte ou que vous soyez un employé.

Choisir le type d’assurance adapté à ses besoins

Choisir le type d’assurance adapté à ses besoins

Après avoir énuméré vos objectifs et considéré vos conditions familiales et professionnelles, vous n’aurez qu’à définir le type d’assurance qui conviendrait à vos besoins. Vous aurez donc le choix. L’assurance vie qui s’étend sur une courte période sera votre meilleur atout si vous souhaitez l’affecter à un investissement.

Par contre, si c’est pour garantir un avenir sûr à vos enfants, préparer votre retraite ou prévenir les événements malheureux l’assurance vie sur le long terme vous sera plus utile.

Comment fonctionne l’assurance-emploi au Canada ?

Également qualifiée d’assurance-chômage, l’assurance emploi fait référence à une aide financière dédiée à tous ceux qui ont perdu leur fonction suite à une situation impérieuse. Quoi qu’il en soit, ce ne sont pas tous les inactifs qui bénéficieront de cet avantage. Certaines conditions doivent être remplies pour se conformer aux exigences de l’État. Avec le cas du Canada, le passage de la COVID-19 a modifié les prestations régulières de l’assurance-emploi. Ce dossier va apporter plus de détails à ce sujet.

Les critères d’éligibilité aux prestations régulières d’assurance-emploi au Canada

Pour avoir accès aux prestations régulières d’assurance emploi au Canada, certaines conditions doivent être impérativement remplies. Ces dernières font référence aux suivantes :

  • L’origine de la perte d’emploi ne doit pas provenir du sujet,
  • Le poste occupé doit figurer dans la liste des emplois assurables,
  • Le nombre minimum d’heures actives ne doit pas être franchi,
  • La période d’inactivité doit être appuyée par un non-paiement depuis 7 jours minimum,
  • Le sujet doit être apte à travailler et disponible.

Les étapes à suivre pour entamer une demande d’assurance-emploi au Canada

Afin d’accéder aux prestations d’assurance-emploi, il est nécessaire de réaliser une demande. Cette dernière peut être effectuée sur le web ou bien directement auprès du bureau local de Service Canada. Afin d’y parvenir, il faut présenter toutes les informations essentielles : relevés d’emploi, origines de l’inactivité, etc. Les pièces à fournir sont à récolter auprès de Service Canada.

La durée des prestations au Canada

Avant d’entrer dans les détails, il est nécessaire de préciser qu’avant d’être fournie, l’assurance-emploi fait l’objet d’une période de prestations. Celle-ci est l’équivalent de la franchise si l’on doit comparer avec les autres offres d’assurance. Une fois levé, l’assureur détermine la durée exacte de la couverture. Mais en général, celle-ci varie entre 14 à 45 semaines.

Le montant de la rente fournie

Il faut reconnaître qu’au Canada, le montant de la rente dépend du salaire perçu au cours de sa période de référence. Les détails peuvent être recueillis auprès de Service Canada. Quoi qu’il en soit, il va falloir préciser le nombre de personnes occupant le ménage. Avec des enfants, un montant supplémentaire peut s’ajouter à la rente principale.

Les prestations d’assurance-emploi suivant l’imposition

Bien que les prestations d’assurance-emploi soient considérées comme étant des revenus à part entière, elles ont une base imposable. C’est pourquoi des taxes sont directement prélevées de la rente obtenue. Par ailleurs, quelques versements peuvent s’ensuivre vers la fin de l’année dans la mesure où l’assuré a fait l’objet d’une autre source de revenus.

 

Comment renouveler un petit crédit ?

Le terme petit crédit désigne un prêt d’un faible montant qu’il faut rembourser sur le court et moyen terme. Ce type d’aide financière s’adresse principalement aux personnes en difficulté économique. Il est possible de l’obtenir une seconde fois si les conditions sont réunies.

Souscrire à un crédit renouvelable

Entrant dans la catégorie des petits crédits, le crédit renouvelable se caractérise par un faible montant, mais également une remise à disposition du prêt. Il s’agit d’une réserve d’argent qui sera automatiquement virée sur le compte du bénéficiaire. Ce dernier doit tout de même honorer le versement du précédent cycle. Il lui faut payer le capital et les intérêts. La particularité d’un crédit revolving réside dans le fait que le prêt sera uniquement confirmé si l’emprunteur touche aux fonds.

S’il garde sur son compte bancaire sans le dépenser, il n’y aura aucun remboursement. Aucun intérêt ne s’appliquera pas. Ce système cyclique est encadré par des lois en vigueur. De manière générale, chaque rotation dure au maximum 12 mois si l’intéressé est reconductible. Quoi qu’il en soit, le prêteur a l’obligation de revérifier la solvabilité du client tous les 3 ans. Cela implique la présentation de bulletins de salaire et de factures d’électricité. Le créancier prend aussi la peine de se pencher sur le relevé bancaire. Il s’assure que l’emprunteur garde un bon comportement financier. Tout paiement en retard ou découvert significatif est scruté à la loupe. Le niveau de revenus est également contrôlé. Certains établissements vérifient même que le souscripteur est encore en bonne santé avant de renouveler un contrat de crédit revolving.

Accepter les termes d’un contrat de prêt

Avant de poursuivre, vous devriez voir ce site credit-municipal-nancy.fr pour connaître les différentes sortes de prêts qui peuvent être renouvelées. Par ailleurs, il y a des conditions qu’il faudra accepter. Le signataire devrait à lire les différents articles du contrat qui le lie au créancier. Le crédit renouvelable a un taux d’intérêt particulièrement élevé. Dans certaines situations, il vaut mieux se tourner vers une autre offre bancaire. Cela peut être un emprunt pour travaux, le leasing pour une auto ou tout simplement un prêt personnel. Ce dernier peut être cumulé avec d’autres remboursements en cours, en l’occurrence les mensualités liées à un achat.

Le taux d’un revolving n’est pas fixe. Il oscille avec le temps, mais reste toujours au-dessus du plafond imposé par la Banque de France. Énième détail à savoir : l’assurance est facultative pour les crédits à faible montant. Pourtant, il est préférable de souscrire à cette protection pour anticiper d’éventuels aléas qui empêchent d’honorer le remboursement comme convenu. Quoi qu’il en soit, les précautions à prendre dépendent de deux facteurs : la somme obtenue et la durée du contrat. Pour un petit crédit de 500 € qu’il faut restituer en un mois, l’idéal serait de ne pas souscrire à une assurance. Si les fonds sont beaucoup plus importants, il vaut mieux prévoir les empêchements. Enfin, pour renouveler un microcrédit, il est toujours nécessaire de présenter un projet. Cela peut être l’achat d’un moyen de locomotion, l’investissement sur un fonds de commerce ou autres, mais le prêt devrait être justifié.

Les conditions à respecter pour bénéficier d’un prêt au chômage

Les problèmes financiers liés à une perte d’emploi peuvent survenir à tout moment. Afin de pallier un manque de fonds transitoire pour concrétiser un projet, un prêt reste cependant une solution possible pour un chômeur, à condition de respecter certains impératifs. Cela dit, plusieurs éléments doivent être fournis pour que l’organisme de prêt puisse vérifier la solvabilité de l’emprunteur, à savoir les relevés de compte récents, les fiches de paye et bien d’autres. Ils serviront de garanties pour rassurer le prêteur et qui permettent de valider facilement la demande de crédit.

Prêt chômeur : les différents critères pour convaincre les organismes de crédit

Tous types de crédit à la consommation, même les plus petits montants, sont accordés sous conditions de revenus. Les organismes prêteurs ont pratiquement besoin de cette garantie afin de s’assurer le remboursement des sommes prêtées. En d’autres termes, la demande de prêt en étant un sans emploi requiert une démarche plutôt complexe si on ne dispose pas de véritable capacité d’emprunt. Être un chômeur reste donc un profil très fragile pour décrocher un crédit à la consommation. Ce qui est sûr, c’est qu’il n’existe aucune législation interdisant les personnes sans emploi de contracter un prêt.

D’autant plus que les financements qu’ils vont recevoir peuvent aider à retrouver un travail grâce à des formations professionnelles par exemple. Aussi, certaines dépenses comme l’achat d’une voiture requièrent également des fonds nécessaires. Le retour à l’emploi peut être donc l’autre critère pouvant conditionner les organismes prêteurs d’accorder un crédit à une personne sans emploi. Il est aussi possible d’aborder d’autre argumentation sous un autre angle si on ne dispose pas de justificatifs de revenus stables et réguliers.

Pour avoir une idée, si on vient juste de perdre son travail, les droits aux indemnités chômage restent valables pour un bon moment et peuvent être servi pour obtenir un prêt. Pour cela, il est recommandé de choisir une offre qui propose un délai de remboursement court. Cette initiative va permettre de rembourser la totalité du prêt chômeur avant la fin des droits. Par ailleurs, il ne faut pas oublier de vérifier que son taux d’endettement ne dépasse pas les 33 % des revenus. Cette capacité d’endettement peut être perçue durant la simulation d’un prêt en ligne.

Les autres arguments permettant de bénéficier d’un prêt chômeur

Obtenir un prêt pour sans-emploi ne doit pas être pris à la légère. Il faut rassembler tous les arguments pour convaincre son organisme de prêt. En plus des indemnités de chômage et des sources de revenus stables, la banque peut aussi accorder ce type de prêt si on est propriétaire et que l’on ne dispose d’aucun prêt immobilier en cours.

Aussi, on peut jouer sur le fait qu’on a un produit de placement tel que l’assurance-vie pour constituer son dossier de demande de prêt pour sans emploi. Quels que soient les critères demandés, l’utilité de financement sera analysée de prêt. Le souscripteur aura ainsi plus de chances de voir sa demande de prêt validée si la somme empruntée servira à l’achat d’un véhicule pour se rendre à un lieu de travail que d’obtenir un nouvel écran plasma dernier cri.

Tout savoir sur le tableau d’amortissement immobilier !

Contracter un prêt immobilier demande des efforts au préalable dont le plus capital est le recueil des informations. L’évolution de la technologie actuelle a permis d’ériger un dispositif permettant d’avoir un aperçu général de tous les chiffrages clés du prêt notamment le fonctionnement du remboursement. On l’appelle généralement « tableau d’amortissement d’immobilier »Explications !

Définition d’un tableau d’amortissement immobilier

Le tableau amortissement pret immo est un outil qui renseigne sur les détails des montants prélevés durant tout le remboursement d’un crédit immobilier. Pour dresser ce tableau, il faut définir la durée de remboursement du crédit, le taux d’intérêt fixé entre les deux parties prêteur et emprunteur, le taux d’assurance et le premier mois de votre remboursement. Le tableau simule par la suite l’aperçu de votre remboursement en étalant par année, les mensualités prélevées et le montant du capital amortis grâce à ce dernier, ensuite l’intérêt et l’assurance inclus dans cette mensualité et le capital restant dû.

Comprendre les rubriques du tableau d’amortissement un à un !

Le prêt immobilier est tout d’abord catégorisé dans le type de prêt affecté. C’est-à-dire vous devez fournir à votre prêteur un justificatif d’achat. Parmi tous les types de biens, l’immobilier a un coût non négligeable, c’est pourquoi le chiffrage mérite une mûre réflexion. Le prêt représentera des prélèvements considérables de votre rémunération mensuelle, aussi la durée de remboursement n’est pas à prendre à la légère. De plus elle sera majorée d’autres frais à savoir le taux d’intérêt, l’assurance. Ces deux facteurs comportent les points de négociations clés auprès de votre organisme préteur et d’assurance si le capital à rembourser n’est pas discutable.

Savoir l’utilité d’un tableau d’amortissement

Il est à souligner que le tableau de remboursement vous est proposé dans l’offre de prêt. Dans un premier temps, c’est un outil de planification incontournable. La lisibilité du tableau permet de songer aux éventuels changements à l’exemple de la révision du taux si vous aviez contracté un taux modulable, une augmentation ou rabais de votre mensualité en fonction du changement de vos revenus ou même de suspendre le crédit. C’est également un outil précieux qui alerte sur les bons moments de renégocier le prêt, d’opter pour un rachat de crédit ou d’un remboursement anticipé. Pour rappel, l’offre de prêt est proposée au préalable de la signature du contrat de crédit, c’est pourquoi il vous est possible de rétracter si les valeurs affichées ne vous sont pas avantageuses. Aussi, le tableau d’amortissement permet de mettre plus de clarté sur le choix de son organisme prêteur !

La spécificité d’un tableau d’amortissement

Bon nombre de dispositifs sont proposés à un emprunteur. On note particulièrement la calculette de prêt, la simulation de crédit en ligne et puis le tableau d’amortissement. Bien qu’on n’arrive pas à discerner leur différence majeure ; on peut cependant connaître une spécificité du tableau d’amortissement. Notamment, le fait qu’il établit pour chaque année de remboursement ce que deviendra votre salaire déduit des mensualités et d’en décider en conséquence.

Effectuer une donation au profit de ses enfants

La donation forme un acte libre engageant la responsabilité du donateur par rapport au donataire. Le donateur est libre de choisir qui vont bénéficier de ses dons. Toutefois, pour faire un don aux enfants, il faudrait avoir une notion vis-à-vis des droits de donation ainsi que des actes notariaux. Vous trouverez ici les détails.

Notion sur la donation

En se basant sur le code civil, la donation forme un acte à travers lequel un donateur émet de son vivant la propriété d’un bien à une autre personne qu’elle a choisi, appelée donataire. La donation est retirée des biens accumulés par le donateur. Cela peut s’agir d’un bien mobilier ou bien immobilier.

Des conditions sont soumises aux donateurs et aux donataires. Le donateur doit obligatoirement avoir au moins 16 ans et disposer la capacité juridique à décider vis-à-vis de ses biens. Quant au bénéficiaire, il faudrait qu’il accepte volontairement la donation.

Concernant la fiscalité, le particulier qui profite d’une donation a l’obligation de s’acquitter des droits de donation sur les bien qu’il reçoit. Ces droits sont entrepris une fois que l’abattement sur la valeur des biens reçus est déduit. Cette valeur repose également du lien de parenté. Pour le lien de parenté en ligne directe comme les enfants, l’abattement est de 100 000euros.

Les étapes à suivre

Pour entreprendre une donation, la première étape serait de prendre un engagement vis-à-vis du bénéficiaire. Cela consiste à prendre conscience de l’ampleur de votre action. En effet, faire une donation à ses enfants ne constitue pas un acte minime. Elle nécessite une analyse bien approfondie avant d’être réalisée.

Cela entraine des responsabilités importantes. Une fois que vous vous lancez dans la procédure, elle est irréversible. Ainsi, avant d’entamer l’action, il est fortement conseillé d’approcher des professionnels pour vous encadrer.

Une fois que vous maîtrisez les différentes réglementations, il est temps de préparer la donation. Vous pouvez choisir entre une donation simple ainsi qu’une donation-partage. Cette dernière est entreprise en présence d’un notaire. Une fois qu’elle est prévue dans le contrat notarial, la donation doit être préservée. Cela vise essentiellement à mettre en place des clauses de contrat protégeant la donation face aux conditions fiscales assez compliquées.

Émettre la donation

À la fin des procédures, vous devez laisser au notaire le paiement de la donation au bénéficiaire. Dès l’établissement des clauses de contrat, le coût total doit être déterminé. Par la suite, le responsable du recouvrement se chargera de verser la donation au donataire.

Toutefois, d’autres alternatives plus faciles sont disponibles afin d’entreprendre une donation. En l’occurrence, vous pouvez recourir aux organismes ou bien des ONG spécialisées. Ils détiennent des services juridiques qui vous aideront dans toutes les procédures à suivre.

Pourquoi approcher un professionnel ?

Pour que l’acte s’effectue correctement, le recours à un spécialiste est de mise. Il maîtrise le droit des donations. Il peut notamment s’agir d’un notaire, d’un gestionnaire de patrimoine, d’une assurance-vie ou bien d’un autre organisme juridique.

Le professionnel détient les connaissances et capacités nécessaires en termes de réglementation civile et fiscale relative à ce type de situation. Ils vous appuieront dans la détermination des dons que vous allez donner ainsi que les contrats d’engagements.

Quelle démarche pour obtenir un crédit rapide en ligne ?

Un crédit rapide en ligne répond à un besoin urgent en argent. Il permet de financer un projet sur le long terme ou tout simplement faire face à un aléa de la vie. Si vous vous trouvez dans l’obligation de souscrire à ce type de prêt, sachez que la procédure est assez facilitée.

Souscrire à la demande de crédit en ligne

Après avoir fait le tour des banques en ligne et des agences de financement en ligne, il faut vous décider. Lorsque le choix est fait, remplissez le formulaire de demande proposée aux visiteurs. Mettez les renseignements nécessaires, dont vos coordonnées, pour qu’un conseiller client vous rappelle. Cela dit, le contact peut se faire en ligne même, sans jamais recourir au téléphone. Pour augmenter vos chances d’obtenir une réponse positive, vous devriez multiplier les sollicitations. Puis, choisissez bien le type de financement qui correspond à votre projet. Les conditions sont différentes pour chaque offre. La plus facile à décrocher serait le crédit sans justificatif. Vous devriez également privilégier les prêts personnels. Ce sont des emprunts pour lesquels les créanciers ne posent pas de questions sur la destination des fonds. Vous n’aurez pas à présenter un devis ni des factures.

Attendre l’accord de principe du banquier

Une fois votre demande de crédit rapide en ligne formalisée, vous pouvez rapidement obtenir une réponse en retour. Le banquier lui indique qu’il est éligible pour une offre. Il peut également être notifié que le bailleur lui refuse le prêt. Dans le cas d’une décision affirmative de l’institution financière virtuelle, le requérant devrait préparer un dossier. Le créancier lui informe sur les différentes pièces justificatives à réunir. Il faudra notamment une carte d’identité et des preuves de solvabilité. L’adresse, les bulletins de salaire ainsi que l’accord écrit du conjoint sont également indispensables. Ces documents sont à scanner et à envoyer par un courriel. Les responsables prennent le temps de les vérifier. Ils vont en même temps s’assurer que le demandeur n’ait pas d’antécédent d’impayé ou un autre problème similaire. La consultation des interdits bancaires ou des clients insolvables leur permettent d’en avoir le cœur net.

Signer le contrat et dépenser l’argent à bon escient

Si les documents envoyés à la banque en ligne sont authentifiés et acceptés, la procédure de demande de crédit avance. Certaines institutions financières online exigent un échange postal lors de la finalisation de l’accord. Le requérant obtient par voie de courrier un contrat. Ce dernier inclut toutes les modalités du prêt. Il comprend notamment le nombre de mensualités, le montant. Les conditions générales de vente donnent les détails sur l’offre à laquelle vous vous inscrivez. Il faudra les lire attentivement et prendre le temps d’y réfléchir. Intéressez-vous sur la question de l’assurance emprunteur. Quoi qu’il en soit, une signature électronique peut suffire pour formaliser votre accord. Parfois, une version papier est toujours de rigueur. Après le virement des fonds dans votre compte bancaire, vous disposez encore de deux semaines pour renoncer. Vous avez le droit de ne pas accepter le prêt et de restituer l’argent. Autrement dépensez-le consciencieusement, puis remboursez.

Les taux bas et le marché de l’immobilier

Compte tenu de la baisse des taux d’intérêt pour l’achat d’un bien immobilier, les acheteurs deviennent plus nombreux que les vendeurs. C’est une opportunité qu’ils doivent saisir pour leur permettre d’avoir une valeur de taux sur leur revenu également bas. Grâce à cette diminution, l’investissement dans l’immobilier a connu un rehaussement et les particuliers profitent de plusieurs niveaux de défiscalisation. Découvrez dans cet article, l’importance de cette baisse dans l’achat immobilier.

Les taux bas

Pour les porteurs de projet d’acquisition d’un bien immobilier, malgré le fait que les prix ont augmenté, les acheteurs font une offre grâce aux taux des crédits immobiliers qui sont de plus en plus attractifs. Pour les trouver, il existe des courtiers tels que Go Forward qui accompagnent les particuliers et les entrepreneurs dans le but de trouver des solutions au niveau des assurances. Pour vous donner un aperçu de la baisse donnée par la Banque Centrale Euripéenne, depuis 2019, les chiffres sont :

  • Un taux de 1,15% pour une durée de remboursement de 15 ans
  • Un taux de 1,26% pour une durée de remboursement de 20 ans
  • Un taux de 1,50% pour une durée de remboursement de 25 ans.

L’effet de levier

L’investissement dans l’immobilier a toujours été rentable grâce aux rendements et au levier des crédits. En faisant une demande auprès de la banque, le financement du bien est effectué par cette somme. Et par la suite, le propriétaire devra payer une mensualité pour le remboursement. Ceci se fera grâce aux activités effectuées à partir du bien. Il s’agit généralement des loyers payés par les locataires. Dans ce cas, le proprio pourra profiter même si le taux est en hausse, le loyer devra être de même.

Les avantages de la baisse

L’impact des taux bas sur le niveau financier est clair et vérifiable. L’emprunteur profite des avantages en termes de marge de manœuvre. Il peut réduire les mensualités à payer ou l’échéance de paiement tout en tenant compte de la baisse. Toutefois, dans le cas d’un achat immobilier pour un projet locatif, vous avez plus la possibilité de rembourser dans le temps donnée.

Quelques conseils pour trouver la meilleure offre

Les banques se mettent aujourd’hui en concurrence en apportant les meilleures offres de taux. C’est pour cette raison qu’avant de choisir un organisme, il faut se poser les bonnes questions, mais surtout comparer ces offres. Vous pouvez le faire auprès des banques physiques ou en ligne. Il existe également des sites qui donnent la liste des meilleures qui proposent des avantages plus intéressants que les autres en concurrence. Restez toujours à l’écoute des nouveautés sur le marché et prenez le temps de bien réfléchir sur la rentabilité de votre projet et la qualité des prestations proposées par les organismes financiers.

Il faut comprendre que le taux est un élément qui détermine le montant d’un bien que vous allez acheter. Les crédits immobiliers sont disponibles pour tous les acheteurs potentiels. Même avec un prix de bien élevé, grâce à cette baisse de taux, ces derniers profitent d’un avantage financier. Il est conseillé de s’informer auprès d’un conseiller auprès de votre banque.

Crédit immobilier : un grand risque éventuel pour votre banque

Ces dernières années, les banques françaises ont facilité considérablement l’obtention des crédits immobiliers. Au fur et à mesure, ces actions mettent de plus en plus en péril le système financier, ce qui inquiète la très sérieuse Banque de France.

Que se passe-t-il plus précisément ?

L’année 2017 est le début de tout ce changement. Depuis cette période, l’immobilier s’emballe totalement sur le territoire français, car on a remarqué qu’il n’y avait jamais eu autant de transactions dans ce domaine. Effectivement, celles-ci ont été recensées en moyenne à près d’un million par an durant les trois dernières années, surtout dans les plus grandes villes. D’une part, cette situation ravit les agents immobiliers, mais d’autre part, cela inquiète beaucoup les autorités qui sont chargées de contrôler les risques financiers.

Comment est-on arrivé à ce stade ? Cela est dû à l’accord massif des crédits aux Français, ces ménages qui n’ont même pas la belle vie et qui s’endettent à un rythme trois fois supérieur à leur revenu. En rajoutant les crédits de consommation, tout cela représente une année de revenu. C’est ce décalage qui sonne l’alerte des institutions sérieuses sur la santé des banques de l’hexagone.

Comment les banques courent à leur perte ?

Ces établissements bancaires ont poussés le bouchon pour permettre aux ménages, qui en temps normal ne sont pas éligibles, de s’acheter une résidence. On compte, entre autres, la BNP Paribas, le Crédit Agricole, les Banques Populaires, les Caisses d’Épargne et la Société Générale. Pour ce faire, ces banques ont abaissé largement leur taux de crédits qui s’établit désormais à 1,31%.

À part cela, elles ont allongé la durée des prêts pour que les ménagent puissent payées les mensualités avec leur moyen. Elles accordent aussi des crédits même aux emprunteurs qui ont très peu d’apports personnels. Selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA dans sa dernière publication, ce taux d’apport personnel est descendu à des niveaux qui ne sont jamais observés auparavant. Elle relate également que la France est désormais l’un des pays de la zone euro qui connaissent un taux d’endettement le plus élevé. Elle devance l’Espagne, l’Allemagne et l’Italie.

La concurrence rajoute du poids au problème

Une rude concurrence s’ajoute à tous ces problèmes. En menant une concurrence considérable sur les taux de crédit pour attirer les clients potentiels, les établissements bancaires réduisent au plus haut point leur profit. En effet, sur le territoire français, les crédits immobiliers sont désormais octroyés en quasi-totalité avec un taux fixe et très bas. Cette situation ne rapportera rien aux banques dans les années qui viennent. En plus de cela, s’il y a une remontée des taux directeurs de la banque centrale européenne ou BCE, ces banques pourront même perdre beaucoup d’argent.

Pour le cas de la Banque de France, les responsables sont gênés par les entournures sur ce risque. Pourquoi ? Ils ont peur que ces problèmes de stabilité financière des banques de l’hexagone deviennent un obstacle à une éventuelle décision de la BCE pour une remontée des taux si le contexte économique l’impose.