Auteur/autrice : cortal

Les taux bas et le marché de l’immobilier

Compte tenu de la baisse des taux d’intérêt pour l’achat d’un bien immobilier, les acheteurs deviennent plus nombreux que les vendeurs. C’est une opportunité qu’ils doivent saisir pour leur permettre d’avoir une valeur de taux sur leur revenu également bas. Grâce à cette diminution, l’investissement dans l’immobilier a connu un rehaussement et les particuliers profitent de plusieurs niveaux de défiscalisation. Découvrez dans cet article, l’importance de cette baisse dans l’achat immobilier.

Les taux bas

Pour les porteurs de projet d’acquisition d’un bien immobilier, malgré le fait que les prix ont augmenté, les acheteurs font une offre grâce aux taux des crédits immobiliers qui sont de plus en plus attractifs. Pour les trouver, il existe des courtiers tels que Go Forward qui accompagnent les particuliers et les entrepreneurs dans le but de trouver des solutions au niveau des assurances. Pour vous donner un aperçu de la baisse donnée par la Banque Centrale Euripéenne, depuis 2019, les chiffres sont :

  • Un taux de 1,15% pour une durée de remboursement de 15 ans
  • Un taux de 1,26% pour une durée de remboursement de 20 ans
  • Un taux de 1,50% pour une durée de remboursement de 25 ans.

L’effet de levier

L’investissement dans l’immobilier a toujours été rentable grâce aux rendements et au levier des crédits. En faisant une demande auprès de la banque, le financement du bien est effectué par cette somme. Et par la suite, le propriétaire devra payer une mensualité pour le remboursement. Ceci se fera grâce aux activités effectuées à partir du bien. Il s’agit généralement des loyers payés par les locataires. Dans ce cas, le proprio pourra profiter même si le taux est en hausse, le loyer devra être de même.

Les avantages de la baisse

L’impact des taux bas sur le niveau financier est clair et vérifiable. L’emprunteur profite des avantages en termes de marge de manœuvre. Il peut réduire les mensualités à payer ou l’échéance de paiement tout en tenant compte de la baisse. Toutefois, dans le cas d’un achat immobilier pour un projet locatif, vous avez plus la possibilité de rembourser dans le temps donnée.

Quelques conseils pour trouver la meilleure offre

Les banques se mettent aujourd’hui en concurrence en apportant les meilleures offres de taux. C’est pour cette raison qu’avant de choisir un organisme, il faut se poser les bonnes questions, mais surtout comparer ces offres. Vous pouvez le faire auprès des banques physiques ou en ligne. Il existe également des sites qui donnent la liste des meilleures qui proposent des avantages plus intéressants que les autres en concurrence. Restez toujours à l’écoute des nouveautés sur le marché et prenez le temps de bien réfléchir sur la rentabilité de votre projet et la qualité des prestations proposées par les organismes financiers.

Il faut comprendre que le taux est un élément qui détermine le montant d’un bien que vous allez acheter. Les crédits immobiliers sont disponibles pour tous les acheteurs potentiels. Même avec un prix de bien élevé, grâce à cette baisse de taux, ces derniers profitent d’un avantage financier. Il est conseillé de s’informer auprès d’un conseiller auprès de votre banque.

Les conditions pour obtenir un crédit gratuit

Faire une demande de crédit est souvent la solution la plus utilisée pour financer un projet. Il faut dire que c’est l’option la plus rapide pour avoir du liquide, toutefois, nombreux sont ceux qui hésitent à cause du taux d’intérêt. D’un côté, il y a les crédits gratuits également connus sous le nom de crédits de consommation à taux zéro (sans intérêt). Dans la plupart des cas, ce type de crédit est financé par l’État, les magasins et les grandes surfaces, etc. Il présente un atout économique important pour ceux qui en bénéficient.

Les différents types de crédits gratuits

Tout d’abord, il faut savoir que les crédits gratuits se déclinent différentes catégories. On peut par exemple citer :

Le crédit à la consommation gratuit

Ce type de crédit est proposé par les grandes enseignes et notamment par les concessionnaires qui désirent booster leurs ventes. En général, obtenir ce type crédit est facile et ne requiert pas de conditions spécifiques.

Le prêt à taux zéro

Le prêt à taux zéro ou PTZ est un crédit gratuit. Il se distingue par ses intérêts qui sont financés par l’État. Avec ce prêt, vous avez la possibilité d’acquérir un logement neuf ou ancien, et ce, partout en France. Ce crédit vous offre également l’opportunité de réaliser d’importants travaux. En ce qui concerne son obtention, il faut souscrire à une banque qui soit conventionnée par l’État. Le PTZ s’adresse aux primo-accédants ainsi que pour les personnes qui souhaitent acquérir une résidence principale.

L’éco-prêt à taux zéro

L’éco-prêt est également un crédit subventionné par l’État. Gratuit, il peut être cumulé avec un PTZ et il est indispensable de souscrire auprès d’un organisme financier conventionné pour en profiter. Par ailleurs, grâce au crédit gratuit éco-prêt à taux zéro, on peut financer les travaux d’un logement destiné à la location ou d’une résidence principale. La condition principale pour obtenir le crédit, c’est les travaux à entreprendre concernent l’amélioration des conditions énergétiques.

Les avantages du crédit gratuit

Les crédits gratuits présentent de nombreux avantages à commencer par son côté économique. En effet, en optant pour ce type de crédit, les particuliers peuvent faire des économies considérables pour financer leurs travaux. Ce type de crédit permet également de financer différents types de projet comme l’achat d’une voiture ou d’une maison. Avec un PTZ par exemple, vous avez la possibilité de financer jusqu’à 40 % de votre habitation, et ce, aussi bien en neuf qu’en ancien. De plus, la durée de remboursement est très variable : 5, 10 voire 15 ans selon la situation financière de l’emprunteur.

Comment obtenir un crédit gratuit ?

Afin d’avoir un crédit gratuit, la première condition, c’est de souscrire à un organisme financier qui soit conventionné par l’État. Trouver ce type d’établissement ne doit pas être très difficile vu que la majorité des enseignes sont habilités. Dans le cadre d’un éco-prêt à taux zéro, le plafond est de 30 000 euros. Tandis qu’avec un PTZ, le montant peut atteindre 138 000 euros. Il faut noter que ce montant varie en fonction de la situation géographique du logement ainsi que des revenus annuels des emprunteurs. Dans la plupart des cas, les crédits gratuits sont combinés aux prêts immobiliers. Ainsi, les propriétaires peuvent réaliser des économies conséquentes.

Est-il nécessaire de calculer son prêt immobilier ?

Le calcul d’un prêt immobilier est une étape délicate pour déterminer au préalable votre capacité d’emprunt et capacité de remboursement. Il permet aussi de définir le montant exact du crédit ainsi que la durée du prêt et le taux en vigueur. Pour mieux concrétiser votre projet, vous pouvez utiliser un simulateur de prêt immobilier en ligne. Grâce à cet outil, il vous sera facile de choisir l’offre la plus adaptée à vos besoins. Explications.

Les informations à fournir pour calculer son prêt immobilier

Pour calculer votre prêt immobilier, vous devez avant tout vous munir quelques informations indispensables concernant votre profil et le type de projet à réaliser. En effet, la procédure de simulation de crédit en ligne nécessite l’indication de certains facteurs afin de mieux calculer son pret immobilier. Parmi les paramètres à déterminer, on peut citer, entre autres, le type de projet, le montant maximum du prêt, la durée souhaitée et les versements.

Afin de vous aider dans votre calcul, le simulateur peut vous fournir quelques les informations comme le montant dû, le nombre des mensualités, la durée totale du crédit, le taux débiteur, les montants des frais de dossier et des intérêts, sans oublier le TAEG. Ce dernier vous permet de comparer entre elles les offres proposées par les organismes de prêts.

L’intérêt de calculer son prêt immobilier

Le fait de calculer votre prêt immobilier vous offre l’avantage de savoir les mensualités de remboursement, la durée du prêt ainsi que le taux de prêt immobilier. Cette démarche est incontournable si vous avez un projet immobilier en cours. En utilisant un simulateur de prêt, cela signifie que vous êtes déjà prêt à concrétiser votre projet d’acquisition.

En faisant le calcul de votre prêt immobilier, vous obtiendrez une idée de votre montant exact. Sinon, vous pouvez aussi dresser un tableau d’amortissement où vous pourrez voir plus précisément, mois par mois, les versements à réaliser ainsi que leur évolution dans le temps. Ce tableau vous permet également de vérifier le coût total du crédit, incluant le remboursement du capital emprunté, et notamment des intérêts.

Le taux du prêt immobilier et les frais de notaire

La question du taux de prêt doit être aussi prise en compte lors du calcul de votre crédit immobilier. Ce qui est sûr, c’est que l’emprunteur ne peut pas choisir le taux, car celui-ci est fixé par l’établissement bancaire. Cependant, son calcul dépend de plusieurs facteurs tels que le lieu d’achat, votre apport ou encore vos revenus. Afin d’avoir une idée approximative de ce taux d’intérêt, vous pouvez consulter les taux de prêt immobilier actuels pratiqués dans votre région. En utilisant un simulateur, vous serez en mesure de visualiser plus précisément le taux de prêt auquel vous avez droit.

En ce qui concerne le calcul des frais de notaire, celui-ci doit être effectué par l’acquéreur, et non du vendeur. Ces frais s’élèvent en général à hauteur de 2,5 % à 3 % pour un logement neuf et jusqu’à 8 % du montant de l’acquisition pour un logement ancien. Sur ce, il est capital de bien savoir les calculer pour les inclure dans le financement de votre projet immobilier.

De quel type de justificatif de revenu les prêteurs ont-ils besoin pour les prêts personnels ?

Lorsque vous faites une demande de prêt d’argent, vous devriez tenir compte de tous les documents dont vous aurez besoin pour l’approbation, y compris votre justificatif de revenu. Les prêteurs demandent souvent un justificatif de revenu afin de vérifier la capacité de l’emprunteur à rembourser la dette.

Pourquoi le revenu fait partie des critères d’admissibilité

Pour avoir une idée complète de la capacité d’un emprunteur à rembourser sa dette, les prêteurs exigent généralement un justificatif de revenu. Ils peuvent également demander un contrat de travail qui prouvera que vous avez un emploi stable et, par conséquent, une source de revenu solide. Si vous n’avez pas d’emploi stable ou si vous êtes travailleur autonome, vous pourriez être tenu de présenter d’autres preuves montrant combien vous avez dans votre compte bancaire ou combien d’argent vous gagnez chaque année.

Exigences en matière de justificatif de revenu

Les prêteurs ont souvent diverses exigences en matière de preuve de revenu. Certains peuvent demander un seul document indiquant votre revenu, tandis que d’autres en demanderont plusieurs. Ce qui constitue un justificatif de revenu peut également varier, de sorte que ce qui est acceptable pour un prêteur peut ne pas l’être pour un autre.

Justificatifs de revenu provenant de votre emploi

Des talons de chèque de paie : Les employeurs peuvent vous fournir un talon de chèque de paie. Vous pouvez l’utiliser comme preuve de revenu en fournissant des détails sur votre employeur ainsi que le montant que vous avez gagné au cours d’une période de paie donnée. Certains prêteurs pourraient également exiger qu’un talon de chèque de paie soit daté dans les 30 jours suivant la date de votre demande pour obtenir la preuve la plus récente de votre revenu.

Plan de roulement ou documents de paie : Lorsque vous travaillez pour une entreprise qui effectue des paiements irréguliers, par exemple pour des emplois contractuels ou à la pige, vous pourriez également être en mesure de soumettre un calendrier de paie afin que les prêteurs sachent que vous aurez suffisamment de fonds pour rembourser le prêt.

Lettre signée de votre employeur : D’autres prêteurs pourraient vous demander d’envoyer une lettre d’un employeur indiquant que vous travaillez pour l’entreprise. Cela servirait à prouver une source de revenus et une capacité de remboursement.

Documents fiscaux

W-2s : En tant que document fiscal crucial, un W-2 informe les prêteurs du montant que vous avez gagné au cours d’une année donnée et à quel employeur.

Déclarations d’impôts : Si vous êtes travailleur autonome, vous devez produire une déclaration de revenus pour confirmer le revenu indiqué sur votre demande.

Relevés bancaires

Relevés de dépôt direct : Si vous avez établi un dépôt direct auprès de votre employeur, ces paiements apparaîtront sur vos relevés bancaires.

Relevés indiquant le revenu de retraite : Les prêteurs pourraient également vous demander de présenter une preuve de revenu si vous êtes admissible aux prestations de sécurité sociale ou si vous avez d’autres revenus à la retraite. Vous pourriez également déclarer que vous recevez un revenu supplémentaire d’une autre source, comme un placement ou un compte d’épargne-retraite.

Tenez compte de la durée du processus de demande.

Avant de réduire votre liste de prêteurs, déterminez combien de temps il leur faudra pour approuver votre prêt. Tenez compte des documents dont vous aurez besoin et du temps qu’il vous faudra pour les obtenir. Une preuve de revenu, comme une lettre signée de votre employeur, peut être difficile à obtenir au moment où vous en avez besoin. De plus, tenez compte du délai de traitement pour que le prêteur approuve et dépose les fonds dans votre compte. Nous souhaitons remercier le site onzus.fr, spécialiste du crédit en ligne de nous avoir fourni ces informations précises !

Crédit immobilier : un grand risque éventuel pour votre banque

Ces dernières années, les banques françaises ont facilité considérablement l’obtention des crédits immobiliers. Au fur et à mesure, ces actions mettent de plus en plus en péril le système financier, ce qui inquiète la très sérieuse Banque de France.

Que se passe-t-il plus précisément ?

L’année 2017 est le début de tout ce changement. Depuis cette période, l’immobilier s’emballe totalement sur le territoire français, car on a remarqué qu’il n’y avait jamais eu autant de transactions dans ce domaine. Effectivement, celles-ci ont été recensées en moyenne à près d’un million par an durant les trois dernières années, surtout dans les plus grandes villes. D’une part, cette situation ravit les agents immobiliers, mais d’autre part, cela inquiète beaucoup les autorités qui sont chargées de contrôler les risques financiers.

Comment est-on arrivé à ce stade ? Cela est dû à l’accord massif des crédits aux Français, ces ménages qui n’ont même pas la belle vie et qui s’endettent à un rythme trois fois supérieur à leur revenu. En rajoutant les crédits de consommation, tout cela représente une année de revenu. C’est ce décalage qui sonne l’alerte des institutions sérieuses sur la santé des banques de l’hexagone.

Comment les banques courent à leur perte ?

Ces établissements bancaires ont poussés le bouchon pour permettre aux ménages, qui en temps normal ne sont pas éligibles, de s’acheter une résidence. On compte, entre autres, la BNP Paribas, le Crédit Agricole, les Banques Populaires, les Caisses d’Épargne et la Société Générale. Pour ce faire, ces banques ont abaissé largement leur taux de crédits qui s’établit désormais à 1,31%.

À part cela, elles ont allongé la durée des prêts pour que les ménagent puissent payées les mensualités avec leur moyen. Elles accordent aussi des crédits même aux emprunteurs qui ont très peu d’apports personnels. Selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA dans sa dernière publication, ce taux d’apport personnel est descendu à des niveaux qui ne sont jamais observés auparavant. Elle relate également que la France est désormais l’un des pays de la zone euro qui connaissent un taux d’endettement le plus élevé. Elle devance l’Espagne, l’Allemagne et l’Italie.

La concurrence rajoute du poids au problème

Une rude concurrence s’ajoute à tous ces problèmes. En menant une concurrence considérable sur les taux de crédit pour attirer les clients potentiels, les établissements bancaires réduisent au plus haut point leur profit. En effet, sur le territoire français, les crédits immobiliers sont désormais octroyés en quasi-totalité avec un taux fixe et très bas. Cette situation ne rapportera rien aux banques dans les années qui viennent. En plus de cela, s’il y a une remontée des taux directeurs de la banque centrale européenne ou BCE, ces banques pourront même perdre beaucoup d’argent.

Pour le cas de la Banque de France, les responsables sont gênés par les entournures sur ce risque. Pourquoi ? Ils ont peur que ces problèmes de stabilité financière des banques de l’hexagone deviennent un obstacle à une éventuelle décision de la BCE pour une remontée des taux si le contexte économique l’impose.

Emprunter des crédits pour passer une belle fête de fin d’année

Les fêtes de fin d’années riment avec cadeaux à offrir aux entourages et délicieux mets autour d’une table richement décorée. Pourtant, les finances sont souvent insuffisantes pour compléter ses besoins. Pour ne pas se ruiner tout en réussissant la fête, il est envisageable d’effectuer un emprunt de crédits.

Choisir un prêt personnel

Si vous souhaitez faire un emprunt dans les établissements bancaires ou dans les organismes de crédit, il vaut mieux choisir un prêt personnel. D’ailleurs, quelques établissements proposent ce type de crédit pour les fêtes de fin d’année. Il pourra vous servir à acheter des cadeaux de Noël, à préparer une belle fête et pourquoi pas à faire un voyage en famille pour la fin d’année.

Avec ce genre de crédit, vous pouvez solliciter un petit montant, assorti d’un taux fixe. Ainsi, vous aurez l’opportunité de rembourser en petites mensualités sur une durée qui ne va pas dépasser les 12 mois. Concernant les taux, sachez que ceux-ci peuvent changer selon la durée, mais également du montant de l’emprunt. Ils se situent généralement entre 3 et 10 %.

Dès la souscription, vous serez informés sur les modalités de remboursement grâce à un tableau qui trace les mensualités dues jusqu’au remboursement intégral du prêt. Une fois que vous avez reçu le montant sollicité, le processus de remboursement s’enclenche automatiquement.

Opter pour un crédit renouvelable

Outre le prêt personnel, le crédit renouvelable est une autre option que vous pouvez choisir. Il s’agit d’une réserve d’argent liée à une carte de crédit qui permettra de faciliter vos achats en magasins, chez les commerçants ou encore sur internet. Cette solution d’appoint vous permettra d’avoir une somme d’argent disponible à tout moment. Ainsi, vous aurez l’opportunité d’acheter de beaux cadeaux à vos proches et vos entourages pour réussir les fêtes.

Comment fonctionne ce crédit ? Quand le crédit est viré sur votre compte, vous pouvez utiliser la somme que vous souhaitez et à chaque remboursement mensuel vous reconstruisez une partie du capital emprunté. En ce qui concerne les taux d’intérêt, ils se situent généralement entre 16 à 20%. On peut donc déduire que ce prêt est plus onéreux que le prêt personnel.

Conseils avant d’effectuer l’emprunt

Des fois, on a tendance à trop dépenser lors des fêtes des fins d’année, car on veut faire plaisir à ceux que l’on aime sans compter. Toutefois, si vous souhaitez effectuer des emprunts pour réussir les fêtes, il est toujours impératif de se fixer un budget avant d’effectuer la demande. Pour se faire, calculez vos dépenses au préalable pour ne pas vous mettre en difficulté lors du remboursement en dépensant plus que vos moyens. On compte, entre autres, les cadeaux à offrir, le montant alloué au repas…

En outre, pour trouver le meilleur prêt, vous devez impérativement comparer les propositions d’offres existantes sur le marché. Vous pouvez, par exemple, utiliser des sites comparateurs et bien examiner quelques éléments comme le TAEG, la durée et les mensualités. Par ailleurs, vous pouvez vous faire conseiller par un courtier pour trouver la meilleure solution de prêt.

Passer par un courtier ou non pour obtenir un crédit

Vous voulez souscrire à un crédit ? Vous hésitez à recourir à un courtier ou à négocier vous-même votre crédit ? Sachez que, quelle que soit votre décision, vous aurez toujours la possibilité d’obtenir un crédit. Par contre, faire appel à un courtier pourra vous faciliter la vie.

Le mode de travail d’un courtier

Sachez que le courtier joue le rôle d’intermédiaire entre le banquier et le futur emprunteur. En pratique, ce professionnel se renseigne à votre place auprès de plusieurs établissements bancaires pour trouver le meilleur taux de prêt. Cela veut dire qu’il est toujours en quête du prix le plus compétitif. En plus de cela, il recherchera les meilleures conditions bancaires possible, mais également celles qui répondent exactement à vos attentes. Ce processus se fera sans que vous ayez besoin de négocier dur. Outre cela, le courtier vous apportera des conseils techniques utiles pour le montage de votre dossier, surtout pour que celui-ci soit accepté par la banque.

Quelques avantages de recourir à courtier en crédit

Avec l’aide d’un courtier, vous serez parfaitement accompagné dans la recherche du crédit, le montage du dossier jusqu’à l’obtention de votre crédit. En effet, il vous conseillera de A à Z sur toutes les démarches à suivre et à mettre en exécution. À part cela, votre dossier sera un peu plus solide. Pourquoi ? Il sera capable de monter votre dossier en valorisant tous les atouts qui vous permettront d’obtenir l’emprunt. Vous pouvez aussi gagner du temps, car il ne sera plus nécessaire de se déplacer de banque en banque pour engager les négociations et discuter des possibilités. Le courtier fera tout à votre place.

Choisir entre de grands réseaux ou un courtier indépendant

Quand on fait appel à un courtier, on hésite souvent à opter pour un courtier dans les grands réseaux ou celui qui travaille indépendamment d’un établissement reconnu. Effectivement, le choix peut être extrêmement difficile, car on peut trouver, par exemple, de très bons techniciens comme de très mauvais au sein d’un grand réseau. Il en est de même chez les techniciens. Il est fortement déconseillé de se fier aux petites annonces et aux nombreuses publicités qui fleurissent considérablement sur internet et tout autre média social. Le seul moyen de répondre à votre question, c’est de se fier au bouche-à-oreille. Celui-ci reste la meilleure garantie.

Quelques points de vigilance à ne pas négliger

Si vous choisissez de faire appel à un courtier, vous devez toujours rester attentif pour ne pas subir une arnaque ou un manque de professionnalisme. Tout d’abord, méfiez-vous d’un soi-disant professionnel qui vous promet dès le début de vous trouver un financement sans avoir pris la peine d’examiner votre cas et votre dossier. Restez aussi vigilant s’il vous assure dès le début un taux beaucoup plus compétitif que ses concurrents. En effet, sachez que la différence des taux de crédit n’est pas très éloignée, quel que soit l’établissement. Outre cela, ne versez aucune commission avant la signature de l’acte chez le notaire. Vous devez aussi demander par écrit le montant de la commission versé au courtier.

Conseils pour décrocher les meilleurs taux de prêt personnel

Vous avez un projet personnel qui vous tient à cœur et vous souhaitez effectuer un prêt. Cela est tout à fait possible et vous pouvez l’obtenir rapidement. Toutefois, sachez que bénéficier d’un meilleur taux d’intérêt lors de la souscription à un prêt personnel vous permettra de faire un remboursement pas cher. Voici quelques astuces :

Passer par un simulateur de prêt en ligne

La solution la plus rapide et la plus efficace est d’utiliser un simulateur en ligne. Cet outil constitue désormais une véritable révolution pour les emprunteurs. En effet, il vous donnera l’opportunité de trouver facilement et rapidement l’offre de prêt au meilleur taux sur le marché. Vous aurez l’occasion de comparer de nombreux prêts. Il vous permet aussi de gagner du temps, car pour faire la comparaison, il suffit d’effectuer quelques clics au lieu de passer de banque en banque.

Négocier avec sa banque habituelle

Si vous souhaitez solliciter un prêt personnel auprès de votre banque habituelle, les démarches pour l’obtention du crédit peuvent être plus simples. Par contre, ses taux d’intérêt peuvent être plus élevés par rapport à la concurrence. Dans ce cas, il n’y a pas de souci à se faire. Il est envisageable de négocier le taux de crédit avec votre banquier. L’établissement vous l’accordera certainement afin de recomposer votre fidélité et votre engagement. En plus de cela, il sera plus rassuré de ne pas vous perdre en proposant une offre avantageuse.

Profiter des propositions de promotion

Sachez qu’à l’approche des vacances ou de la rentrée scolaire, les établissements financiers proposent souvent des offres promotionnelles. Avec cette occasion rare, vous pouvez décrocher à tout prix le meilleur taux de crédit personnel. En effet, lors de ces promotions, les banques réduisent leur TAEG ou taux annuel effectif global. Il est donc nécessaire de toujours surveiller les offres, notamment dans les newsletters bancaires, les réseaux sociaux ou les publicités médiatiques.

Choisir un prêt affecté ou bonifié

Avec un crédit personnel, vous pouvez en principe emprunter jusqu’à 50 000 euros, mais comme vous le savez tout dépend de votre revenu, de l’accord de l’organisme ainsi que de ses conditions. Il est à noter que les banques proposent souvent des taux très attractifs si vous optez pour un prêt affecté allant en moyenne jusqu’à 5 000 euros. Vous aurez alors l’occasion de bénéficier d’un taux de crédit bas sur des périodes limitées et pour une somme maximum déterminée.

Zoom sur les paramètres à vérifier

Vous devez savoir que quelques paramètres influent votre crédit et c’est grâce à cela que vous pouvez définir la somme à rembourser. Il y a tout d’abord le TAEG qui regroupe les intérêts de la banque et les frais annexes. C’est le premier taux à comparer lors d’un prêt. Mis à part cela, il y a aussi le montant des mensualités qui vous permettra de réguler votre budget annuel. On compte également le coût des frais de dossiers qui ne sont pas forcément obligatoires. Outre cela, il y a le prix des assurances et le coût total du crédit.